9 h à 12 h

Session par profil

Les cégeps fêtent leur 50 ans cette année! C’est le temps des bilans et de l’avenir. Le cégep correspond à des périodes de nos vies où nous avons plein de motivation pour changer le monde. C’est aussi une période où nous rencontrons des jeunes d’horizons différents. C’est un lieu propice aux premières expériences citoyennes. Venez vous questionner avec nous sur comment nous pourrions repenser le cégep comme lieu d’engagement et d’éducation citoyenne? Comment faire en sorte de valoriser davantage la vie associative et l’engagement des étudiants au sein des cégep? Venez réfléchir et proposer des idées concrètes pour réinventer le cégep!


Animateur et animatrice

Guy Gibeau
Directeur des études, Collège de Maisonneuve

Guy Gibeau est directeur des études au collégial depuis plus de huit ans, dont les quatre dernières années au Collège de Maisonneuve. Il est sociologue de formation et a effectué des recherches postdoctorales en anthropologie à l’Université de Chicago. Il est entré dans le réseau collégial à titre d’enseignant en 1993, mais y a aussi réalisé des recherches, notamment sur l’intérêt des jeunes pour les sciences et sur l’intégration des étudiants issus de l’immigration. En ce moment, il est membre du conseil d’administration du Service régional d’admission du Montréal métropolitain, membre de la Commission de l’enseignement collégial du Conseil supérieur de l’Éducation, professeur associé à la Faculté de sciences de l’éducation de l’Université de Montréal et président du comité de gestion de l’initiative AcceSciences des collèges de Montréal.

Maryem Harras
Fondatrice, Créavif

Maryem Harras est issue de plusieurs cultures qui ont forgé son identité. Elle a fait des études en psychoéducation ainsi que des formations en coaching. Suite à ses premières expériences en pédiatrie sociale à la Clinique du Docteur Julien, elle a fondé en 2008 l’organisme international Créavif ciblant premièrement les jeunes. Enfin, son travail s’est élargi avec sa série d’ateliers Lib-R, dont le but est de libérer le potentiel. Maryem Harras est psychoéducatrice depuis 2005 ainsi que Maître-praticien en PNL certifié (Programmation Neuro Linguistique) depuis 2011 et coach d’affaires.

Mentores

Élizabeth Doiron-Gascon
Travailleuse sociale, Collège d’Ahuntsic

Élizabeth Doiron-Gascon est titulaire de deux baccalauréats, un en sexologie et un en travail social, ainsi que d’une maîtrise en travail social obtenu en 2012 et portant sur la participation citoyenne dans le monde de l’éducation. Elle cumule des expériences diversifiées en tant que travailleuse sociale et directrice d’organismes communautaires auprès de populations variées : en enfance-famille-jeunesse, en déficience intellectuelle et autisme, auprès des adolescents et adultes, etc. Elle compte également plusieurs années d’engagement bénévole sur les conseils d’administration de diverses organisations (CSSS, organismes communautaires, CPE, école). Ses connaissances et compétences professionnelles ont été variées au cours des 20 dernières années: évaluation/intervention, développement de projets, planification/stratégie, communication, concertation, coordination d’équipe et gestion financière. Depuis 2016, elle travaille comme travailleuse sociale à l’accueil psychosocial du Collège Ahuntsic et a le mandat de soutenir le développement de l’économie sociale au sein de l’institution.

Ann Comtois
Professeur de psychologie, Collège de Maisonneuve

Psychologue scolaire de formation, Mme Comtois a exercé quelques années en milieu scolaire (primaire, secondaire et collégial) ainsi qu’au privé avant de se diriger vers l’enseignement collégial depuis 1998.  En plus de ses tâches de professeure de psychologie au Collège de Maisonneuve, Mme Comtois a contribué, avec les membres de son département, à l’élaboration du PSI, le Projet Supervisé en individu.  Il s’agit de projet volontaire de bénévolat étudiant, supervisé par des professeurs.es de psychologie, afin que les étudiants.es, en plus de créer des ponts avec la communauté, puissent faire des liens avec leur formation en sciences humaines.  Mme Comtois a coordonné le projet PSI pendant 5 années.

Le développement de l’intelligence artificielle (IA) pose des défis éthiques inédits. Les machines intelligentes ne se contentent pas de mieux calculer que les êtres humains, elles cherchent, traitent et diffusent des informations. Elles interagissent avec des êtres sensibles, humains ou non humains. Bientôt, des programmes d’IA pourront recruter de futurs employés, transporter des gens dans une voiture sans conducteur ou encore approuver une demande de prêt. Bientôt, les machines pourront même tenir compagnie aux humains, comme un parent ou un ami.

L’IA peut créer de nouveaux risques et exacerber les inégalités économiques et sociales. Mais elle peut aussi contribuer au bien-être, à la liberté ou à la justice.

L’équipe de la Déclaration de Montréal pour un développement responsable de l’IA vous propose un débat sur cette révolution technologique qui s’apprête à transformer nos vies, afin d’émettre des recommandations pour son développement éthique. Des scénarios développés autour de trois grands thèmes serviront de déclencheurs aux discussions : Marché du travail, Éducation et culture, et Ville intelligente.

On a déjà hâte de vous entendre!

Déclaration de Montréal sur l'intelligence articielle


Animateurs et animatrices

Alexandre Beaudoin-Peña

Ayant grandi avec deux cultures distinctes, Alexandre Beaudoin-Peña est quelqu’un d’ouvert d’esprit et d’éclectique qui s’intéresse à divers sujets, tant au niveau des sciences naturelles que des sciences humaines. De surcroît, il a eu un parcours académique pluridisciplinaire, touchant un peu à l’histoire, beaucoup à la science politique et finissant spécialisé en éthique. Les questions éthiques entourant le développement de l’intelligence artificielle sont parmi les sujets auxquels il s’intéresse.

Xavier Boileau

Xavier Boileau est étudiant au doctorat en philosophie à l’Université de Montréal sous la direction de Marc-Antoine Dilhac depuis 2017. A précédemment fait un Baccalauréat en Histoire à l’UQÀM (2011-2014) et une maitrise en philosophie à l’Université de Montréal (2014-2017). Est aussi auxiliaire de recherche et chargé de projet pour le projet « La presse montréalaise de l’entre-deux-guerres, lieu de transformation de la vie culturelle et de l’espace public » sous la supervision de Micheline Cambron.

Martin Gibert
Coordonnateur scientifique de la Déclaration de Montréal et chercheur en éthique de l’intelligence artificielle à l’Université de Montréal

Martin Gibert est coordonnateur scientifique de la Déclaration de Montréal et chercheur en éthique de l’intelligence artificielle à l’Université de Montréal. Il est affilié au Centre de recherche en éthique (CRÉ) et à l’Institut de Valorisation des données (IVADO). Docteur en philosophie, il s’est spécialisé en psychologie morale, la branche de l’éthique qui s’intéresse aux intuitions, aux raisonnements et aux comportements moraux, et a publié deux livres sur ce thème.

Martin mettra en contexte la Déclaration de Montréal, les valeurs et les principes dont elle est porteuse et avec ses acolytes, animera les discussions.

Pauline Noiseau

Pauline Noiseau a fait une double licence philosophie-sciences politiques à Paris 1 Panthéon Sorbonne et est actuellement en maîtrise de philosophie à l’Université de Montréal. Elle est coordinatrice du comité Femmes au département de philosophie et souhaite faire ses recherches sur la prostitution et une analyse de la notion de valeur-corps ainsi qu’une analyse du débat abolitionniste/travailleuses du sexe au sein des mouvements féministes québécois.

Mentors

Marc-Antoine Dilhac
Professeur au département de philosophie et chercheur en éthique publique et théorie politique à l’université de Montréal

Marc-Antoine Dilhac est l’instigateur de la Déclaration de Montréal. Il est professeur au département de philosophie et chercheur en éthique publique et théorie politique à l’Université de Montréal.

Il travaille principalement sur les théories de la justice et de la démocratie, aussi bien sur la justification des droits fondamentaux que sur mécanismes institutionnels qui les mettent en œuvre. Ses contributions s’inscrivent dans le domaine de l’éthique publique, c’est-à-dire dans ce champ du questionnement sur les principes et les normes qui doivent encadrer les pratiques publiques controversées.

Christophe Abrassart
Professeur à l’École de design et co-directeur du Lab Ville prospective à la Faculté de l’aménagement de l’université de Montréal

Christophe Abrassart est le concepteur de la coconstruction de la Déclaration de Montréal. Il est professeur à l’École de design et co-directeur du Lab Ville prospective à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal.

Il développe trois champs de recherche reliés entre eux; la prospective et conception innovante de la ville durable au XXIe siècle, le Design durable et la transition écologique des entreprises, ainsi que les Théories du design.

Venez approfondir avec nous les enjeux liés au vivre ensemble. Ce profil sera l’occasion d’explorer des initiatives concrètes qui visent le rapprochement entre les personnes ou les groupes et découvrir des nouvelles façons de s’engager. Nous irons à la découverte d’organismes, d’acteurs et d’actrices qui quotidiennement construisent des projets pour favoriser le rapprochement, le dialogue et enfin le vivre ensemble au Québec.

Ce profil est développé en collaboration avec les membres du comité de pilotage de la Démarche jeunesse sur le vivre ensemble de l’INM. Cette démarche reçoit le soutien financier du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion dans le cadre du Programme Mobilisation-Diversité.


Animation

Claudia Beaudoin
Chargée de projet à l’Institut du Nouveau Monde (INM), accompagnée de membres du comité de pilotage de la Démarche jeunesse sur le vivre ensemble de l’INM.

Claudia Beaudoin collabore principalement aux mandats jeunesse de l’organisation, dont les écoles de participation citoyenne ainsi que les dossiers portant sur la thématique du vivre ensemble. Elle coordonne la Démarche jeunesse sur le vivre ensemble de l’INM; une vaste démarche délibérative de deux ans qui met à l’avant-plan le vivre ensemble et qui mobilisera près de 2 500 jeunes du Québec. De plus, elle est responsable de la mise en oeuvre de la Conversation publique sur la solidarité et l’équité intergénérationnelles; un processus public, participatif et délibératif de deux ans sur les enjeux d’ordre intergénérationnel au Québec.


Organisations visitées

Carrefour de ressources en interculturel – CRIC Centre-Sud
Le CRIC est un organisme autonome qui rassemble et développe des ressources dans le domaine interculturel, avec et pour les organismes, résidentes et résidents du quartier Centre-Sud, afin de favoriser le rapprochement interculturel entre toutes les communautés du quartier.

Veronica Islas
Directrice, Carrefour de ressources en interculturel (CRIC)

En tant qu’immigrante elle-même, Veronica est passionnée par l’inclusion des personnes immigrantes et de la lutte contre la discrimination. Elle travaille depuis plus de 10 ans dans le domaine communautaire. Elle est détentrice d’une maîtrise en administration publique et politique publique de l’Université de Concordia ainsi que d’un DESS en développement économique communautaire de l’École des affaires communautaires et publiques et un DESS en journalisme de l’Université de Concordia.

Pauline Poison
Organisatrice communautaire, Carrefour de ressources en interculturel (CRIC)

Détentrice d’une maîtrise en sciences politiques de l’Université Jean Moulin Lyon 3 et d’un baccalauréat en littérature de l’Université de Lille, Pauline s’est découvert une passion pour l’interculturel lors de ces études. Une fois son mémoire sur « Les enjeux francophones au Québec depuis la révolution tranquille » terminé, c’est avec détermination qu’elle entame son immigration au Québec. Ses valeurs de solidarité et d’ouverture l’ont amenées à travailler au quotidien au rapprochement des communautés culturelles. Elle travaille au CRIC depuis 2 ans en tant qu’organisatrice communautaire.

Café Rond-Point
Le Rond-Point, café autogéré est une coopérative de travail dans Hochelaga. À vocation particulière, ce café a comme mission d’offrir un rapport qualité-prix intéressant de boissons et de nourriture, une aire de jeux pour enfants et surtout une implication réelle dans le quartier. Sa collaboration avec les organismes du quartier permet de centraliser les informations les concernant et de répondre aux multiples champs d’intérêts des résidentes et résidents du quartier et ceux des alentours. À travers son action, le Café Rond-Point souhaite encourager la réappropriation des lieux par la clientèle du café en permettant aux artistes d’exposer, d’offrir des spectacles et des performances, ainsi que de promouvoir les projets citoyens. Un espace convivial et inclusif est ainsi offert afin que tous les types de clientèles s’y sentent les bienvenus, tout en étant sécuritaire pour les familles.

Vous avez une idée de projet d’entreprise qui vise le changement social et vous souhaitez travailler à sa réalisation concrète? Ou vous n’avez pas d’idée de projet, mais vous êtes sensibles à certains problèmes de société et vous souhaitez contribuer à un projet en émergence? Alors ce profil est pour vous! Rejoignez une communauté solidaire, humaine et rigoureuse, qui comme vous a décidé de passer à l’action!

Ce profil vous offre l’opportunité d’explorer une nouvelle forme d’engagement social à la fois visionnaire et pragmatique, mais aussi de savoir comment concilier ses valeurs et son métier. Il offrira une occasion de discuter des enjeux sociaux actuels en misant sur des méthodes d’intelligences collectives. L’objectif : passer des idées aux solutions innovantes!


Animatrice et animateur

Laurene Conte
Gestionnaire de la communauté, Esplanade Montréal

Après avoir obtenu un Master en sociologie, Laurène Conte s’est spécialisée dans le développement des projets de l’Economie Sociale et Solidaire à Science Po Bordeaux. Par son engagement associatif et l’organisation d’un concours étudiant autour de l’innovation sociale, elle a cherché à sensibiliser les jeunes de sa génération aux valeurs de l’entrepreneuriat social dans lesquelles elle croit profondément. Elle s’est tournée cette année vers Montréal et particulièrement vers le projet de l’Esplanade afin de participer activement au soutien de sa communauté d’entrepreneurs et au développement de nouvelles initiatives qui ont du sens.

Jonathan Chaloux
Gestionnaire de la culture, Esplanade Montréal

Membre actif de la communauté montréalaise d’innovation sociale et de SOCENT, Jonathan Chaloux se passionne pour les mécanismes menant à l’action et à la collaboration comme amplificateur d’impact social.

L’Esplanade

Mentors et mentore

Frédéric Morin-Bordeleau
Co-fondateur, MR-63

Laura Charpentier
Directrice générale, Miel Montréal

Thibault Renouf
Fondateur, Chef514

Le Québec est un vaste territoire regorgeant de fascinants espaces et de personnes inspirantes. Partons à la découverte des formes d’engagement dans diverses régions de la province. Faisons la connaissance de personnes passionnées qui font une différence dans leur milieu. Écoutons-les. Ouvrons les discussions. Élargissons nos horizons!

À travers les témoignages de ces personnes et les échanges que suscite leur parcours, il sera question de souligner les forces qui les animent et le caractère commun qui se dégage de leur voyage au cœur de la participation citoyenne. Ce sera également l’occasion de réfléchir à des réponses innovantes aux enjeux de la participation citoyenne et plus particulièrement de la participation électorale. Comment inciter les jeunes à exercer davantage leur rôle de citoyennes et citoyens? Comment les mobiliser à l’égard du droit de vote? Quels scénarios d’avenir pourraient être envisagés pour faire avancer la participation citoyenne autrement, différemment?

Le voyage se poursuit… Nous explorerons et nous imaginerons divers itinéraires pour encourager les jeunes de différentes régions du Québec à être des citoyennes et des citoyens actifs dans la société.


Animatrices

Monica Rosales
Coordonnatrice des programmes d’éducation à la démocratie au DGEQ

Monica Rosales possède une solide expertise en matière d’éducation à la démocratie. De la Colombie à l’Équateur, et depuis 14 ans au Québec, elle s’investit dans des projets qui font foi de son engagement à promouvoir et à encourager la participation citoyenne. Constamment séduite par la force créative des jeunes, elle y consacre passion et détermination.

Marlène Lebreux,
Conseillère en éducation à la démocratie au DGEQ

Marlène Lebreux compte près de 20 ans d’expérience dans le domaine des communications. Recherchiste et rédactrice à ses heures, elle participe également à des projets d’écriture mettant notamment en scène des jeunes engagés et passionnés. Après avoir touché au milieu scolaire et à l’univers du Web, elle travaille aujourd’hui au DGEQ où elle combine son intérêt pour l’éducation et la démocratie.

Directeur général des élections du Québec

Mentors

Haute-Mauricie

Bienvenue en Haute-Mauricie! Ici, les exemples d’engagement se conjuguent aussi bien au passé et au présent qu’au futur. Avec en trame de fond la rivière Saint-Maurice et ses affluents, la route nous mène à La Tuque, où Laurianne Petiquay, animatrice au Centre d’amitié autochtone de La Tuque (CAALT), et Claudia Petiquay, présidente du Conseil des jeunes autochtones du CAALT, expriment leur amour pour leurs racines.

Les deux jeunes autochtones s’investissent dans l’avenir de leur communauté en jouant un rôle important au sein du CAALT. En juillet dernier, cet organisme a remporté un prix d’excellence décerné par l’Association nationale des Centres d’amitié autochtone du Canada. Il a été reconnu pour son leadership, ses projets de développement et la qualité de ses programmes et de ses services, et ce, parmi 120 Centres d’amitié à travers le Canada!

Laurianne Petiquay, animatrice au Centre d’amitié autochtone de La Tuque (CAALT)
Claudia Petiquay, présidente du Conseil des jeunes autochtones du CAALT

Saguenay–Lac-Saint-Jean

Paradis des grands espaces, le Saguenay–Lac-Saint-Jean regorge de lieux uniques et inusités pour la pratique d’activités de plein air. La région nous amène à sortir des sentiers battus et nous dévoile la couleur particulière qu’elle donne aux mots engagement et participation citoyenne.

Romancière (Cookie, Les bouteilles, Jeanne) et agente de migration pour Place aux jeunes dans la ville de Saguenay, Sophie Bouchard a effectué, il y a dix ans, un retour en force au royaume de ses origines. Aujourd’hui, la jeune femme native du Lac-Saint-Jean vient, chaque année, en aide à près de 400 jeunes qui ont des projets d’établissements à Saguenay. Les luttes sociales sont aussi pour elle une véritable motivation. Sa feuille de route comporte d’ailleurs plusieurs actions visant à venir en aide aux enfants défavorisés.

Sophie Bouchard – Romancière et agente de migration pour Place aux jeunes dans la ville de Saguenay

Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

La région la plus maritime du Québec ne se démarque pas uniquement grâce à son estuaire et à son golfe, ou encore grâce à ses baleines et à ses fous de Bassan. Elle présente également des modèles inspirants d’engagement.

Originaire de Rimouski et aujourd’hui citoyen de Gaspé, Félix Guay-Vachon est coordonnateur de projet au Parc national Forillon, en plus de s’impliquer comme animateur à la Maison des jeunes de Gaspé. En décembre dernier, il a été choisi par les Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ) pour participer au Forum européen des jeunes engagés (FOReJE), à Paris. Fondeur d’élite, Félix a également été, en 2016, entraîneur-chef de l’équipe du Nunavik. Il a ainsi supervisé l’entraînement d’une quinzaine de jeunes skieurs de fond inuits, âgés de 14 à 18 ans, en vue des Jeux d’hiver de l’Arctique, qui ont eu lieu à Nuuk, au Groenland.

Félix Guay-Vachon – Coordonnateur de projet au Parc national Forillon et animateur à la Maison des jeunes de Gaspé